La ruche qui dit oui : ma première commande

Si vous m’avez suivi précédemment, j’ai décidé d’essayer de consommer plus local. Après avoir visité une exploitation de maraîchage lundi dernier, je suis allée chercher ma première commande à la ruche qui dit oui samedi.

commande la ruche qui dit oui

commande la ruche qui dit oui

La réception : Elle est organisée sous forme de petits stands par producteurs. Certains sont là, d’autres non, auquel cas ce sont des bénévoles adhérents qui viennent aider pour servir. Il faut venir avec sa liste de courses définitive (la commande peut être modifiée au cas où il manquerait des produits) reçue la veille par mail, puis passer sur chaque stand nécessaire en précisant son nom. Une petite dégustation est également proposée à l’entrée, là il s’agissait de sirops et vins. En fait cela se passe un peu comme si on était au marché, sauf que l’on récupère des produits précis et que l’on a déjà payé. Le tout se déroulant dans une ambiance conviviale.

 

Passons maintenant aux produits :

Baguette bio (1,19€) :

Baguette bio la ruche qui dit oui

Baguette bio la ruche qui dit oui

Visuellement, je la trouve très bien, elle me donne super envie. J’aime assez lorsque ce n’est pas trop cuit comme ça. A la coupe, elle m’apparaît un peu sèche, je commence à avoir un doute sur la qualité. Finalement, à la dégustation elle s’avère bonne. Cependant, elle manque d’aération, et elle est effectivement un peu sèche. Le prix me paraît correct, sachant qu’il s’agit de bio. Je dirais en conclusion que cette baguette bio est correcte mais qu’il existe bien meilleur. J’en reprendrais peut-être mais je testerais l’autre boulanger la prochaine fois. Edit : testée réchauffée au grille-pain, elle était très bonne, bien croustillante.

 

Truites fraîches Arc-en-ciel bio (6,50€ les deux – Domaine aquacole du Fréchencourt) :

Truite bio La ruche qui dit oui

Truite bio La ruche qui dit oui

Truite bio La ruche qui dit oui : l'étiquette

Truite bio La ruche qui dit oui : l’étiquette

A l’ouverture du sachet, on sent tout de suite la bonne odeur (ou pas :-)) du poisson. Elles sont bien grasses, d’ailleurs il faut bien se frotter les mains pour tout faire partir. On voit qu’elles sont fraîches, elles ont été pêchées la veille de la livraison, on ne peut pas faire mieux je crois. Après cuisson, la chair est d’un joli rose pale et se détache facilement, si bien que l’on n’est pas embêté par les arêtes. Je suis très satisfaite de ces truites et trouve le rapport qualité / prix excellent. J’en reprendrais.

 

Les cerises (3,49€ les 500g – Famille Rochefort) :

Cerises La ruche qui dit oui

Cerises La ruche qui dit oui

En provenance de l’Orléanais, je trouve qu’elles ont une jolie couleur, elles me donnent envie. Sur la photo cela ne rend pas par contre, trop de soleil… A la dégustation, je suis finalement un peu déçue car la majorité manque un peu de goût, de sucre. Peut-être cela est-il dû au temps, toute cette pluie ne favorise pas le bon développement des fruits. Quelques unes sont quand même très bonnes, et cela ne m’a empêché de tout manger (pas en une seule fois, hein ;-)). Mais depuis le début de la saison j’en ai mangé des meilleures. A 7€ le kilo, le prix me paraît raisonnable, pas plus cher que chez mon primeur.

 

Rhubarbe bio (2,95€ les 500g – Nicolas Thirard) :

Rhubarbe bio La ruche qui dit oui

Rhubarbe bio La ruche qui dit oui

Comme je vais tenter d’aller trouver le soleil plus au Sud, je n’aurais finalement pas le temps de la manger avant de partir, alors je vais la congeler (l’éplucher, la couper en tronçons et les placer dans des sacs de congélation). Je la préparerais surement en gratin ou crumble. Mais déjà, visuellement, les tiges sont belles, j’aime bien la ficelle qui les noue.

 

Jus de pomme (2,85€) :

Jus de pomme La ruche qui dit oui

Jus de pomme La ruche qui dit oui

Je n’ai pas encore ouvert cette bouteille mais j’avais pu le tester lors de la journée à la ferme. Il est très bon, tout comme celui que j’achète chez directement chez des producteurs de pommes. Les pommes sont issues de l’agriculture raisonnée (pas bio mais prend en compte l’environnement). Par contre je le trouve un peu cher pour du non bio.

 

Concombre bio (1,25€ pièce – Nicolas Thirard) :

Concombre bio La ruche qui dit oui

Concombre bio La ruche qui dit oui

Comme ils étaient petits, nous avons eu 2 pièces au lieu d’une. Nous ne sommes donc pas lésés sur la quantité. Visuellement, ces deux petits concombres me plaisent bien, ils ont une jolie couleur vert clair, à la différence du vert bien foncé que l’on trouve habituellement. A peine coupé, on voit tout de suite des gouttelettes d’eau apparaître, ce qui est très rassurant concernant la fraîcheur. Au niveau du goût, ils sont bons et juteux. Ils sont peut-être légèrement fades, mais ils restent meilleurs que ceux que j’ai pu consommer dernièrement. Le rapport qualité / prix me paraît encore une fois très bon.

 

Fèves bio (1,90€ les 500g – Nicolas Thirard) :

Fèvres bio La ruche qui dit oui

Fèvres bio La ruche qui dit oui

Fèvres bio cuites La ruche qui dit oui

Fèvres bio cuites La ruche qui dit oui

Les cosses sont de bonne taille, c’est bon signe. Une fois écossées, les fèves ont une belle taille et une belle couleur. Une fois cuites et la peau épaisse enlevée, elles sont d’un beau vert vif.  Au niveau du goût, je n’en n’avais jamais mangé de fraîches, uniquement des surgelées, et elles sont meilleures. Après je ne suis pas experte en cuisson de fèves. Si vous avez une bonne recette je prends car je trouve que c’est un peu sec.

 

Jambon blanc fermier (3,60€ les 180g – Les viandes du Chateauneuf) :

Jambon blanc fermier La ruche qui dit oui

Jambon blanc fermier La ruche qui dit oui

Les tranches sont de belle taille mais elles m’inspirent moyennement. Il est vrai que le sous-vide n’embellit pas vraiment les produits. D’ailleurs si vous achetez des produits sous-vide, pensez à bien les sortir au moins 30 minutes avant de les consommer pour qu’ils reprennent leur couleur naturelle. Dans le cas du jambon, l’aspect « plein d’eau » s’en ira. Pour en revenir à celui-ci, les tranches ne sont pas très belles car il y a un bon trou, des points rouges et du gras. Finalement, à la dégustation, il s’avère très bon. J’en ai déjà mangé de meilleur mais je n’en trouve pas d’aussi bon près de chez moi. Il est parfumé et n’est pas sec, comme c’est parfois le cas de jambon fermier, il est même moelleux. Et ce qui me semblait être du gras n’en n’était pas, il y en avait juste un petit peu sur l’extérieur, mais vraiment très peu. Le rapport qualité / prix me parait plus qu’excellent, il est moins cher et 100 fois meilleur que celui du boucher près de chez moi. J’en reprendrais, ça c’est sur.

 

Bifteak 2ème catégorie (5,60€ les 2 – Les Viandes du Chateauneuf) :

Bifteak La ruche qui dit oui

Bifteak La ruche qui dit oui

D’après l’étiquette, la viande a été conditionnée l’avant veille de la livraison. On apprend aussi que ces bifteak sont issus du gîte, effectivement de second choix. Le gîte se situe sur les pattes avant ou arrières du boeuf, les morceaux les plus tendres pour le bifteak étant situés plutôt sur le haut / dos de l’animal (filet, rumsteak…). En revanche, il s’agit de viande de race Limousine plutôt goûteuse. Visuellement, les tranches sont de belles taille. L’une est cependant coupée bizarrement, ce n’est pas un pli de mauvais positionnement que vous voyez sur la photo. A la cuisson, une bonne odeur se dégage, tout comme un petit peu d’eau. A la dégustation, je note déjà que ce bifteak se coupe très facilement, bien tendre. Généralement le gîte n’a pas cette qualité. Au niveau du goût, il en manque peut-être un peu, avec une pincée de sel c’est meilleur. Peut-être que ceci est dû au morceau en lui-même, je testerai la catégorie supérieure la prochaine fois, mais elle est beaucoup plus chère. Le prix est largement correct pour cette qualité de viande.

Je voudrais ajouter un mot sur ce producteur car j’ai eu l’occasion d’être en contact avec lui professionnellement il y a quelques années. J’ai ainsi visité l’exploitation, vu la boucherie et mangé l’un de leurs plats. Les bêtes ont beaucoup d’espace pour paître tranquillement et sont bien « traitées », d’où une belle qualité de viande. J’avais été ravie de cette visite, le coin était de plus fort sympathique (vers Le Touquet).

 

Yaourts natures (2,30€ les 4 – Gaec Pot au lait) :

Yaourt fermier La ruche qui dit oui

Yaourt fermier La ruche qui dit oui

Ce qui m’interpelle tout de suite sur ces yaourts c’est que les ingrédients ne sont pas indiqués ! Eh oui, mon oeil de professionnelle resurgit ! Cela ne va pas m’empêcher de les goûter et d’apprécier. Ils ont bon goût et ne sont pas du tout acide, mais plutôt parfumés. On sent un léger goût de crème. J’aurais quand même une préférence pour ceux de la Ferme de Viltain pour ceux qui connaissent (une ferme dans les Yvelines). En revanche, j’aime beaucoup leur texture car ils ne sont pas trop fermes, ce qui est souvent le cas dans les yaourts industriels. Là on sent bien que c’est du fermier et non de l’industriel. Ce producteur fait aussi des yaourts aux fruits, mais ils sont vraiment chers, c’est pourquoi je n’en n’ai pas commandé cette fois. Déjà les natures ne sont pas donnés si l’on se réfère aux prix des grandes surfaces, mais la qualité n’est pas la même. J’en reprendrais très probablement.

 

Petit fresnay (2,70€ la pièce de 200g – Gaec Pot au lait) :

Petit Fresnay fromage fermier LA ruche qui dit oui

Petit Fresnay fromage fermier LA ruche qui dit oui

Petit Fresnay fromage fermier LA ruche qui dit oui

Petit Fresnay fromage fermier LA ruche qui dit oui

Il s’agit d’un fromage frais de vache. Il n’a pas d’odeur particulière, sauf si je colle mon nez dessus où là je sens comme une odeur de ferme, de vache. Au niveau de la texture, ce fromage est moelleux et sec au centre, un peu comme un crottin de chèvre. Question goût, j’aime bien, il est parfumé, mais je n’en raffole pas plus que ça car je ne suis pas fan des fromages secs au centre. Par contre, je l’ai testé chaud, et là j’ai préféré (je fais souvent ça quand un fromage ne me plait pas). Le goût se rapproche alors de celui du fromage à raclette. Servi sur des tartines avec du jambon sec ou cru, cela devrait être très bon. Mais pour les amateurs de fromages frais, c’est un bon fromage.

 

Confiture framboise noix de coco (5,50€ le pot de 380g – Domaine du framboisier) :

Confiture framboise noix de coco Le Domaine du framboisier

Confiture framboise noix de coco Le Domaine du framboisier

Je n’ai pas encore testé mais j’en parle rapidement car il y a un point qui m’a frappé, encore mon oeil de pro qui resurgit ;-). Dans la liste des ingrédients il manque la noix de coco, on ne sait donc pas quelle est la proportion contenue, en plus d’être une faute légale. Autre point, le numéro de lot est quasiment effacé donc en cas de problème il sera difficile de tracer. En fait le producteur utilise une étiquette type de framboise nature, et il ajoute au crayon le supplément. En revanche, le pot me plait bien et l’aspect à l’intérieur a l’air pas mal du tout. Par contre c’est très cher, j’ai pris un pot pour tester, mais à ce prix, si c’est bon, mes commandes seront occasionnelles.

 

Mon avis général : La prochaine fois j’essaierais de venir avec un sac isotherme si je n’oublie pas car il fait chaud dans le local, et le temps de faire le tour et de rentrer, les produits se réchauffent un peu. Ceci dit, ce n’est pas pire que d’aller faire ses courses au supermarché, car entre la queue à la caisse et le trajet de retour, ça se réchauffe bien aussi.

Au niveau de la prise de commande, je trouve que l’on manque d’informations sur les produits. En effet, les ingrédients ne sont pas indiqués et que veut dire bifteak 2ème catégorie par exemple ? Certains produits sont assez chers. Pour ce qui concerne les fruits et légumes, c’est très correct, mais certaines viandes ou les confitures par exemple sont chers. Au total j’en ai eu pour un peu moins de 40€ pour 12 produits, ça commence à faire.

D’un point de vue qualitatif, les produits sont bons, mais moi qui suis habituée à consommer des produits de qualité de par mon ancien métier, ils ne sont pas mieux que ceux que je connais. L’intérêt pour moi est la consommation locavore et d’avoir des produits qui viennent directement du producteur, ce qui n’est pas évident à trouver à Paris. En effet, même au marché (du moins le mien), les produits viennent de Rungis, ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas bon. On y trouve de très bons produits ! En revanche, pour quelqu’un qui connait surtout les grandes surfaces, là c’est intéressant, il faut découvrir ce système. A savoir que chaque ruche à ses producteurs.

Le mot de la fin 🙂 : Pas de grosse découverte pour moi en terme de qualité produit, mais cela va me permettre d’avoir des produits fermiers et locaux, en plus de retrouver un peu de convivialité comme sur un marché provincial. Je vais donc poursuivre mes commandes.

 

Est-ce que ce système vous tente ? Avez-vous déjà essayé ?

21 comments on “La ruche qui dit oui : ma première commande

  1. Merci pour ce retour d’expérience à propos de votre commande à la ruche qui dit oui. Au vu de votre commande, l’offre proposée est bien garnie. Je viens de m’inscrire dans la ruche près de chez moi. A suivre…

  2. J’ai été cherché ma première commande ! L’accueil était sympathique dans une grange de ferme aménagée avec des frigos pour garder au frais les produits laitiers et la viande. La fraîcheur de la grange permettant le maintient au frais des légumes. Des produits moins cher qu’en magasin bio grâce à la faible marge du réseau et du responsable de la ruche. A renouveler. Je suis à la recherche de producteurs locaux autour de chez moi pour en monter une à la maison. A suivre…

  3. Bonjour, votre lien m’a été envoyé par un de mes fournisseurs de truites qui lui propose 3 truites d’à peu près 350 g chacune, en lot à 14 € le lot, et à qui un client « virulant » lui a dis que ces truites avait un prix exorbitant… Je suis responsable d’une ruche dans le sud de la france, et je trouve très intéressant vos remarques sur les produits que vous avez acheté sur votre ruche. Où est-elle par contre ? je ne crois pas l’avoir vu, ou alors j’ai zappé.
    A+ je suivrais votre blog, et le lirais mieux à temps libre.
    Maryse

  4. je suis un abeille de ruche dans le sud de la France depuis quelques mois maintenant, la qualité est là mais les prix sont souvent exorbitants alors que l’on est sensé être en direct….j’ai donc lancé un coup de gueule récemment, certains très corrects ont revu leurs prix à la baisse et j’ai même appris que la ruche prenais 10% sur les tarifs appliqués…donc ce n’est pas du DIRECT comme vendu au départ, puisqu’ils sont l’intermédiaire….mais manger du local me convient tellement, que je continue

  5. Je suis productrice et livre 2 ruches depuis un an
    Je tiens à préciser que la commission de la ruche est de 20% (10 pour le responsable locale et 10 pour l’entreprise). Ce système de vente demande beaucoup de travail au producteur (préparation des colis pour chaque client + livraison + temps de présence à la distribution). Comme cela a été dit précédemment, la provenance des produits de certains producteurs est parfois loin d’être claire, de même la pub faite par « la ruche qui dit oui » (affiches marquées « vente directe ») est inexacte puisqu’il y a 2 intermédiaires (l’entreprise et le responsable local).
    Personnellement, je souhaite arrêter ce système de vente dès que possible. Après un an, je suis complètement revenue du côté « cool » de la ruche, c’est un gros bussiness qui peut convenir à certains producteurs partageant cet état d’esprit.

  6. @stefanie Merci pour ce point de vue de productrice ! Cela permet de voir comment cela se passe de l’autre côté ;-).
    @emerieu : c’est sur que rien ne vaudra le « vrai direct » en allant chez le producteur directement concernant les prix ;-).

  7. Emeriau répond: ce que je n’aime pas c’est le mensonge du slogan: « en direct », payer plus cher pour du local de qualité n’est pour moi pas un obstacle!

  8. Bonjour, je livre 4 ruches en région Rhône-Alpes et je pense vraiment que les choses sont sensiblement différentes d’une ruche à l’autre. Mais pour moi, productrice de fromage, c’est un très bon concept.

  9. Je suis les critiques qui sont faites sur ce site. J’ajouterais une arnaque supplémentaire: les tarifs dégressifs. Si vous ne commandez qu’un kilo, vous payez plus cher que 2.
    J’ai commenté ce fait et réclamé une égalité dans les tarifs, quelque soit le poids commandé (je parle de fruits et légumes, donc pas tellement de conditionnements différents), j’ai eu le droit à une réponse langue de bois de d’autruche hystérico-positivitiste de la reine et d’autres abeilles moutonneuses (filons la métaphore du monde animal) bien contentes de se faire enfumer, sans même entre-apercevoir l’idéologie économique qui se cache derrière.
    L’urbain CSP +, un enfumé consentant, et content de l’être.

  10. Bonjour,
    Je suis responsable de ruche dans le sud et je voudrais juste apporter quelques précisions.
    Premièrement, les producteurs sont libres de fixer leurs tarifs, ce n’est en aucun cas le responsable ou la ruche qui gère ce paramètre. Si ces tarifs vous semblent inappropriés, je vous invite à en discuter avec le producteur lors d’une prochaine distribution. Vous pouvez vous y rendre sans obligation de commande.
    Deuxièmement, vous achetez bien en direct au producteur ! Puisque la totalité des ventes est versée au producteur. Toutefois, il existe bien une commission ! Le responsable de ruche facture au producteur un service rendu (mise en relation, prêt du lieu, communication…) et la ruche mama facture également un service (utilisation de la plateforme internet, gestion des règlement et facturations…).
    C’est exactement le même cas de figure lorsque un producteur vends sur un marché ou une foire… Il paye un droit pour l’emplacement, pour la communication et par contre il n’est jamais assuré de vendre quoi que ce soit ! La ruche supprime ce paramètre, puisque le producteur à déjà vendu ces produits lorsqu’il assiste à une distribution.
    Chaque ruche est différente, chaque responsable de ruche aussi ! A vous de voir…
    La Ruche qui dit Oui, est un réseau qui permet de consommer local, bio en général et permet de soutenir l’agriculture locale. Il ressemble à d’autres réseau existant avec des nuances différentes et ne peut pas convenir à tous le monde. Mais c’est aussi une façon de contrer la montée en puissance des hyper-marché…
    Céline.

  11. LaRucheQuiDitOui, permet certes d’être sûr de vendre, mais elle a le désavantage de prendre un pourcentage toujours identique. Par exemple, si sur un marché l’emplacement est à 20€, si on vend pour 200€ les frais d’emplacement ne seront que de 10%, alors que pour la ruche, ça restera toujours 20% de 200€, soit 40€.
    Ensuite, pourquoi vendre sur la Ruche et non à un revendeur ? (petite épicerie, épicerie fine, voir grande surface, magasin spécialisé…), en général, les revendeurs margent entre 10% et 30%, ils prennent plus d’un coup, ce qui évite les frais de déplacement, de reconditionnement pour faire des petits paquets etc…

    La Ruche, c’est sympa pour l’ambiance, les idées etc… mais rien ne vous empêche d’aller sur les marchés de producteurs et d’y faire vos courses et de discuter avec les producteurs.

  12. C’est du demi-direct mais le producteur qui vient sur une place de marché, il travaille et pendant ce temps là il ne fait pas autre chose. Que l’on paie le même prix qu’ailleurs ne me dérange pas, le principal c’est que le producteur vit de son travail. Il y a moins d’intermédiaire et c’est meilleur. Et cela c’est le plus important. Il vaut mieux manger moins, mais mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.