24 heures cuisine : le compte-rendu

Ce week-end se sont donc tenues les premières 24 heures cuisine dans le très joli cadre de l’Abbaye de l’Epau, près du Mans. Si vous me suivez sur Twitter, vous avez déjà eu un petit aperçu, mais en voici un plus complet.

24 heures cuisine : l'Abbaye de l'Epau

24 heures cuisine : l’Abbaye de l’Epau

Le programme était alléchant : relais de 48 chefs pour mitonner de bons petits plats, producteurs locaux, sculptures de légumes, dégustations, ateliers…

Seulement à l’arrivée, je fus quelque peu déçue. Pourquoi ? C’était…

… vraiment très petit : une dizaine de producteurs, un petit coin cuisine pour les démonstrations, un autre petit coin pour des dégustations, une pièce bien sombre pour les sculptures, et c’est tout.

bruyant : cela résonnait beaucoup de part la nature du bâtiment.

mal réparti / organisé : les stands étaient difficilement accessibles, en particulier la partie cuisine. Il fallait battre des coudes pour tenter d’approcher les exposants, je me suis crue à Paris ! Pour les démonstrations de cuisine, eh bien on ne savait pas ce qui se cuisinait et on n’entendait rien, à moins d’être au premier rang. Il n’y avait aucune indication sur des horaires de dégustations, chefs présents, etc. Je n’ai pas vu d’ateliers par ailleurs.

J’ai néanmoins pu entendre une petite astuce concernant la cuisson des endives au jambon. Pour éviter d’avoir plein d’eau lors de la cuisson de votre plat, il faut cuire les endives 3 jours avant, et les presser chaque jour de façon à éliminer l’eau. Le jour J, enroulez ces endives dans une tranche de « vrai » jambon, puis versez de la crème liquide, et enfin parsemez de gruyère râpé ou parmesan, et gratinez au four.

Quelques photos de l’évènement :

 

En terme de produits, il y avait des conserves à base d’autruche, des fromages bio, des glaces, du vin, des rillettes, des confitures, des pommes / poires et produits dérivés, des produits à base de safran, de la viande ainsi que des pains et viennoiseries.

Pour ma part, je suis repartie avec un pot de confitures de fraises, un peu liquides mais avec un goût unique encore jamais vu, quelques tomates anciennes et un paquet de farine bio T80.

 

En conclusion, malgré un certain nombre de points négatifs, je trouve que c’est une bonne initiative qui demande juste à être développée. De mon point de vue, cet événement devrait être organisé dans un autre lieu (même si celui-ci est très joli), avec plus d’exposants (toujours difficiles à trouver pour les premières), des fiches recettes de ce qui est en train de ce cuisiner, des ateliers thématiques (faire soi-même une décoration en légumes par exemple), des cours de cuisine…

 

Rendez-vous l’année prochaine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.