Mangez de saison de Carrie Solomon

Mangez de saison de Carrie Solomon

Mangez de saison de Carrie Solomon

Comment se passe ce début de printemps pour vous ? Chez moi je trépigne d’impatience que tous les légumes printaniers sortent le bout de leur nez. Et ça tombe bien, ils arrivent petit à petit. Justement, pour savoir comment bien les consommer et les choisir, voici le joli livre Mangez de saison de Carrie Solomon. Au-delà de nous proposer des recettes, l’auteure nous présente son approche pour consommer de bons produits en allégeant son porte-monnaie. Après lecture et quelques recettes réalisées, voici ce que j’en pense !

 

Il est des livres qui nous attirent de part leur belle couverture. Autant dire que celui-ci, avec sa belle botte de betterave, m’a tout de suite fait envie. Et quand j’ai lu le concept, ce fut le coup de cœur ! Je remercie donc les Editions de La Martinière pour cet envoi !

Mangez de saison de Carrie Solomon

Qui est Carrie Solomon ?
Je dois dire que je ne la connaissais pas du tout. C’est une américaine originaire du Midwest, qui vit à Paris depuis une dizaine d’années maintenant. Passionnée de cuisine, elle est auteure de plusieurs livres de cuisine : Une américaine à Paris, Inside chefs’ Fridges. Photographe culinaire, elle est lauréate de plusieurs prix, notamment en 2009 et 2010. Elle a d’ailleurs réalisé un reportage sur le potager d’Alain Passard pendant plusieurs années.

De quoi parle ce livre ?
Dans son livre, Carrie Solomon fait le point sur l’intérêt de consommer local, autrement dit « être locavore », et comment faire. Le livre est ensuite découpé par saison, donc printemps / été / automne et hiver. A chaque fois, l’auteure nous présente les principaux fruits et légumes de la saison en question, avec des conseils pour le choix et la conservation. Ensuite, viennent les recettes. Il y en a au total 70, sucrées et salées.
Les textes sont brefs, mais on y trouve l’essentiel. Pas de blabla inutile ou complexe, tout est bien expliqué, et sans avoir besoin de lire des tartines de texte. Pour ceux qui recherchent des informations très poussées, par contre, ce livre sera trop léger. Cependant, je l’ai trouvé très bien comme base. J’ai aussi apprécié le fait que Carrie Solomon incite à consommer local, sans forcément pousser au bio. On n’entend que parler du bio, qui coûte cher, donc se mettre à consommer de saison en commençant par manger local, ça me plait. Bon je dis ça, mais perso consomme très majoritairement bio ! Mais j’ai effectivement eu ma phase « locavore » avant.

Au-delà du contenu, je voudrais parler des photos qui sont juste magnifiques ! Il y a une part belle aux légumes et fruits afin de bien les reconnaître et distinguer les variétés. Les recettes sont joliment mises en scène, et donnent trop envie. Elles sont complètement dans l’esprit nature, terroir du livre, voire « d’antan ». Bref, je les trouve superbes !

 

Les recettes

Parce que j’aime bien aller au bout des choses, j’ai également testé quelques recettes du livre.

Soupe pomme – panais – carotte

Soupe pomme-panais-carotte

Soupe pomme-panais-carotte

La texture de cette soupe est épaisse. En bouche, on sent bien les 3 ingrédients. C’est cependant le panais qui domine largement. La pomme arrive en second, et reste en bouche. Elle apporte une note sucrée.
J’aurais aimé sentir un peu plus la carotte, mais la recette est très bonne. D’ailleurs, plus j’en mangeais, plus j’aimais cette soupe ! Elle change des saveurs que j’ai l’habitude de faire, à savoir carottes ou courges. En plus elle est facile à faire.

Crakers aux noix et graines de lin

Crakers aux noix et graines de lin

Crakers aux noix et graines de lin

C’est la première fois que je fais des crakers. Ce n’est pas compliqué à faire, malgré tout, je pense que ma pâte était trop liquide. En effet, je ne pouvais pas l’étaler au rouleau, comme indiqué. Du coup, j’ai étalé une grande plaque, que j’ai découpée en carrés après cuisson. Le résultat était à peu près similaire à la photo du livre.
Côté dégustation, c’est bien croustillant, comme attendu par un crakers. Les parties plus épaisses sont légèrement plus moelleuses. L’avantage de faire soi-même est que l’on peut adapter la cuisson selon ses goûts. Niveau goût justement, je dirais qu’il y a un poil trop de sel, mais cela reste beaucoup moins que ce que l’on peut trouver dans le commerce. La noix domine, sans être trop forte. Les bouts plus cuits faisaient plus ressortir les graines de lin. Ces crakers font de délicieux gâteaux apéritif. Conservés dans une boite hermétique, ils se sont très bien gardés plusieurs jours.

Ricotta facile

Ricotta facile

Ricotta facile

C’est bien la première fois que je m’aventure à faire du fromage ! En fait j’avais repéré la recette des gnocchis, et juste en dessous il y avait les consignes pour faire soi-même sa ricotta. Comme j’ai vu que c’était simple, j’ai tenté. Et effectivement, c’est hyper facile.
Je n’ai goûté qu’un tout petit bout car j’en avais besoin pour mes gnocchis, mais c’était plutôt bon. On sentait quand même un peu le vinaigre blanc, nécessaire à la préparation. La texture rappelle un peu le chèvre frais. En tout cas, ça vaut le coup de la faire soi-même vu la simplicité de la recette. Selon le lait choisi, le prix revient plus ou moins au même qu’une toute prête, mais avec l’assurance d’un lait français (si choisi français, of course) et sans chichis (correcteurs etc). Par contre, la recette indiquait 500g de fromage, or je n’en n’ai obtenu que 260g !

Gnocchis de ricotta au beurre d’herbes

Gnocchis de ricotta au beurre d'herbes

Gnocchis de ricotta au beurre d’herbes

Alors là j’étais bien intriguée par cette recette, sans pommes de terre. La farce est composée uniquement de fromage (ricotta et un peu d’emmental), d’un jaune d’œuf et de farine. La réalisation est bien plus simple que pour la recette traditionnelle.

Gnocchis de ricotta au beurre d'herbes : préparation

Gnocchis de ricotta au beurre d’herbes : préparation

C’est simple, c’est ultra moelleux et ultra bon ! Ces gnocchis ont un bon parfum d’herbes. La texture est fondante, mais la forme reste bien en bouche. On sent le goût de fromage, mais ce n’est pas trop fort. Le goût vinaigré de la ricotta nature a complètement disparu ici. Même si une portion est bien consistante, cela m’a paru plus léger que les gnocchis aux pommes de terre. Je les ai dégustés avec des lamelles de bacon grillé, pour un mélange de textures. Je trouve cette recette originale, et tout à fait réalisable pour une réception.

Bilan : De jolies photos, du contenu intéressant et de délicieuses recettes, c’est la recette d’un bon livre ! Côté recette, même si je les ai toutes aimées, j’ai un gros coup de cœur pour les gnocchis. Vous l’aurez compris, j’ai été séduite par ce livre pour toutes les raisons citées précédemment. Juste un petit bémol, le livre est imprimé en Slovénie, pas très local… Cela dit, j’aime beaucoup le papier ! Ah et puis si, certaines recettes sont inter-saisons. Par exemple, la soupe est une recette d’automne, les crakers et gnocchis sont des recettes proposées en hiver. J’aurais pu faire quelques recettes de printemps, mais tous les légumes ne sont pas encore sortis.

Le livre Mangez de saison de Carrie Solomon est disponible au prix de 16,90€ et contient 168 pages.

Le mot de la faim 🙂 : Bon livre !

Vous faites attention aux saisons ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.